Zorna

Editeur : CHIHAB
Parution : 2004

D’une des nombreuses terrasses d’Alger où les belles aux cheveux de soie offrent leur nudité comme en un rite païen au soleil qui gicle ses lumières écarlates sur la ville et surprend les poissonniers dans leurs premières criées au port encore frileux, Lounès embrasse le paysage et vit pourtant le désastre de sa tanière. Silima, la tendre recluse, aussi généreuse que le stah, qui dégringole vers la mer, meurt dans la solitude d’une naissance proscrite. Et c’est Zorna au prénom musical algérois qui remplit la symphonie amoureuse de Lounès qui décide de lui déclarer un Je t’aime qui finira, muet, au bout d’une journée euphorique dans les ruelles de la capitale avec ses couleurs chaâbi et ses rencontres katébiennes. Derrière une gaieté intempestive et juvénile, l’auteur se joue des moites, car derrière leurs sonorités ludiques se cachent la douleur et les cris des réclusions des liberté, traduite ici par une syntaxe qui prend revanche sur les points.

© CHIHAB / réalisation kdconcept / hébérgement kdhosting