Économie de l’Algérie coloniale 1830-1954

Editeur : CHIHAB
Parution : 2018

La violence des événements qui se sont succédés en Algérie de 1830 à 1962 et liés à la colonisation française ont conduit, le plus souvent, à ne traiter de cette histoire que sous les angles militaire et politique. Ce livre couvre le champ économique qui manquait. Il offre de longues séries statistiques qui mettent un point définitif à beaucoup de questions ayant suscité polémiques et discussions. Certes, loin d’être un champ d’investissement économique, l’Algérie, fut, pendant cinquante ans, un champ de guerre. L’objectif premier des armées d’invasion fut d’abord de conquérir des territoires. Ce trait majeur va déterminer décisivement la nature de la colonisation : elle naît terrienne et le demeurera. Au bout de 130 ans d’occupation française, l’économie coloniale demeure essentiellement agricole et exportatrice de produits agricoles. La minorité infime qui prospère ne réinvestit pas ses profits localement dans l’industrie mais accumule des fortunes qui ont fait la légende de ces quelques 6.400 très grands propriétaires colons — à la date de 1954, occultant la situation pécuniaire ordinaire du million d’autres Européens employés et ouvriers. Si le discours apologétique ordinaire glorifie les œuvres de la colonisation, il oublie que routes, travaux publics, ports, extraction minière, agriculture, etc., n’ont pu exister que grâce à la force de travail des Algériens, parfois mobilisés gratuitement sous forme de corvée à laquelle un Code de l’Indigénat les a soumis pendant longtemps. Ainsi a pu apparaître cette économie qui, contrairement à ce qu’affirment certains révisionnistes d’aujourd’hui, a été, en réalité, incapable ne serait-ce que de nourrir la population, et qui a abouti au bout de 130 ans à faire de l’Algérie, encore coloniale, un pays importateur, non seulement de produits industriels, mais simplement de vivres.

© CHIHAB / réalisation kdconcept / hébérgement kdhosting