Éditeurs et éditions pendant la guerre d’Algérie (1954-1962)

Editeur : CHIHAB
Parution : 2014

Entre l’histoire des éditions de Minuit d’Anne Simonin et l’histoire de l’édition française sous l’Occupation de Pascal Fouché, cette histoire globale de l’édition pendant la guerre d’Algérie vient combler un vide laissé par une communauté scientifique jusqu’alors soucieuse d’étudier l’action des seuls opposants (médiatiquement visibles) à la torture. à partir d’un corpus de près de 1000 livres et brochures publiés pendant la guerre d’Algerie - guerre de l’écrit comme l’avait été l’affaire Dreyfus - ce travail issu d’une thèse de doctorat rend compte du traitement éditorial riche et complexe d’un des derniers traumatismes de l’histoire nationale. En prenant en compte les diverses formes (brochure, monographie, tract) et les différents acteurs (administrations, armée, militants, professionnels de l’édition) producteurs d’imprimés, il offre une contribution actualisée à l’histoire de l’édition politique, généraliste, universitaire ou scolaire. Découpé selon un plan qui reflète le rythme de la production, le développement de l’ouvrage rend compte des reconfigurations opérées, au cours de chaque période, au sein du champ éditorial. Des mobilisations intellectuelles de l’automne 1955 et de la publication de L’Algérie hors la loi des époux Jeanson aux dénonciations de la torture du printemps 1957, dans lesquelles les comités de citoyens jouèrent un rôle important, une première radicalisation s’observe. La relative réussite des anticolonialistes à invalider le discours d’état sur les « opérations de maintien de l’ordre » incite les éditeurs dominant le champ littéraire à traiter de l’histoire immédiate. Sur fond d’émergence politique et culturelle du Tiers-monde, le rythme de production s’accélère. Les positions se radicalisent à nouveau. La crise de régime de mai-juin 1958 fournit une occasion de traiter de la guerre, sans nécessairement faire preuve d’ouverture politique. Une édition nationaliste s’efforce de contrer les anticolonialistes, tandis que l’édition littéraire réactive les idéaux-types de l’orientalisme. Au début des années 1960, les Prétoriens de Jean Lartéguy peinent à courvir le vacarme des Damnés de la terre de Frantz Fanon.

© CHIHAB / réalisation kdconcept / hébérgement kdhosting